Last updated on

Sommaire

    La Qualité de Vie au Travail (QVT) est un sujet phare pour les entreprises depuis quelques années. Un employé ne rejoint plus uniquement une organisation pour le poste qui lui est proposé, mais également pour l’atmosphère, la vision et les valeurs qui l’y attendent.

    D’après un baromètre Malakoff Médéric 2019, 70% des employés trouvent aujourd’hui leur travail fatiguant nerveusement. Les causes sont multiples, et le salarié attend de plus en plus que son entreprise l’accompagne dans la gestion de ses problématiques personnelles et intervienne dans son épanouissement : mutuelle, offre de sport, coaching, partenariats...

    Depuis quelques temps, les entreprises observent également une demande croissante dans le domaine des finances. Pour 35% des Français, les problèmes de nature financière sont l’une des causes principales du stress (enquête OpinionWay 2017). Si le sujet est encore relativement tabou en France, de nombreux programmes de “financial wellness” (bien-être financier) existent dans les pays anglo-saxons.

    Engagement du salarié et performance de l’entreprise : quelles sont les conséquences du bien-être financier et comment le développer ?

    Stress financier en France : l'état des lieux

    Des préoccupations financières à chaque génération et niveau de salaire

    Saviez-vous que 65 % des actifs français sont stressés par leur situation financière (étude Mercer 2019) ?

    Cette problématique touche toutes les générations : la génération Z cherche le prêt étudiant le plus avantageux et les Millennials souhaitent investir dans l’immobilier ; pendant que la génération X gère son endettement et ses crédits et que les baby boomers préparent leur retraite.

    Elle touche également tous les niveaux de salaire : une entreprise qui rémunère particulièrement bien ses employés ne sera pas pour autant épargnée par cette problématique. Effectivement, le stress financier n’est pas lié à la rémunération d’un salarié, mais à son rapport à l’argent et à son type de dépenses. A chaque niveau de salaire son rythme de vie associé : ainsi, le “financial well-being” fait référence à un sentiment de sécurité et de contrôle dans le choix de ses dépenses.

    D’après une étude Mercer 2020, 62% des sondés déclarent que leur plus gros défi financier concerne le règlement des dépenses mensuelles. Un chiffre qui inclut notamment des individus dont le revenu du ménage annuel est de 90 000 € ou plus.

    Le stress financier intensifié par la pandémie

    Dans le contexte actuel, ce type de stress risque d’être exacerbé : le Covid-19 met l’économie mondiale à genoux, et les Français craignent pour leurs finances.

    Si les trois quarts des Français estiment réaliser des économies depuis le début du confinement (observatoire Cetelem 2020), nombreux sont ceux qui redoutent la crise et les impacts du Covid-19 sur leurs finances dans les mois à venir. Selon une étude réalisée par Censuswide pour Glassdoor, 39% des Français interrogés redoutent une baisse de leur salaire et une perte d'emploi. Une majorité se dit toutefois prête à renoncer aux augmentations (59%) et aux primes (55%), de manière à conserver leur travail.

    Stress financier & conséquences : les impacts pernicieux sur les employeurs et les entreprises

    (1) 50% des employés sujets au stress financier passent 3 heures ou plus au travail chaque semaine pour gérer des problèmes financiers*

    (2) 54% des millennials américains estiment que la sécurité financière est une source d'engagement***

    (3) 28% des actifs sujets au stress financier souffrent de troubles mentaux et 38 % de troubles du sommeil**

    (4) 49% des actifs français déclarent consacrer entre 1 et 8 heures par mois sur leur lieu de travail à s’inquiéter de leurs difficultés financières**

    (5) 3 millions d’euros sont perdus par an à cause du stress financier pour une entreprise de 10 000 employés*

    (6) 76% des employés en stress financier seraient attirés par une entreprise qui accorde davantage d'importance à leur bien-être financier*

    Les nombreux écueils que rencontrent les employés, tant en termes de santé que de perte d’engagement et de productivité, impactent dans un second temps l’entreprise et sa performance.

    Il existe cependant de nombreux leviers auxquels elle peut recourir pour développer le bien-être financier de ses employés, et par extension pérenniser son activité.

    Stress financier & solutions : les leviers

    D’après une étude PwC 2018, un pourcentage de plus en plus important de salariés attend un engagement et des actions de la part de son entreprise. Celle-ci a l’embarras du choix pour permettre une croissance de l’épanouissement de ses équipes.

    La formation des collaborateurs

    Parmi les leviers à la portée des entreprises se trouvent les solutions de formation financière ou de coaching budgétaire. Les employés apprennent à se fixer des objectifs et un planning, à comprendre les fondamentaux financiers, budgétiser, gérer leurs emprunts pour traverser chaque étape de leur vie financière sans stress.

    En cas de décision difficile à prendre sur leurs finances, 51% des salariés français aimeraient en effet qu’un expert leur décrive toutes les options qui s’offrent à eux ou les conseille pour mieux gérer leurs revenus.

    "J’ai rapidement eu confiance dans le coach. Il était là pour m’aider, j’étais là pour me faire aider : il n’y avait donc aucune gène, aucune appréhension”, témoigne Stéphane, accompagné par Plénit’Finances, qui propose des coachs budgétaires pour particuliers.

    Les outils de gestion de finance

    Dématérialiser les notes de frais

    Selon un sondage Concur/OpinionWay réalisé en 2017, 83% des salariés français sont favorables à la digitalisation des notes de frais.

    Les bénéfices de la dématérialisation des notes de frais sont nombreux :

    • C'est un gain de temps pour les salariés qui consacrent moins de temps à la gestion des notes de frais et plus de temps à des tâches plus productives et à plus forte valeur ajoutée.
    • C'est un levier de croissance pour les entreprises qui peuvent avoir plus de visibilité sur leur trésorerie, et créer des tableaux de bord financiers en temps réel.
    • C'est l'assurance d'une conformité renforcée en cas de contrôle URSSAF, car les règles de la politique interne s'appliquent aux outils de gestion des notes de frais, les validations internes sont plus rapides et mieux documentées, et les risques de fraude sont limités.
    • C'est un gain financier dans le traitement des données administratives et comptables, à la fois en termes humain, mais aussi en coût opérationnel.

    En permettant à ses employés de ne pas avoir à avancer trop de frais, l’entreprise les délivre du stress de ne pas être remboursé en cas de perte du reçu papier ou de se trouver en découvert, et leur permet d’obtenir des remboursements plus rapidement.

    Des plateformes comme Spendesk et Okarito permettent également de ne pas faire d’avance de frais. L’entreprise fournit à ses employés des cartes bancaires avec des plafonds adaptés, pour leur éviter des dépenses sur leur compte personnel.

    Mettre en avant les plans d’épargne

    Le stress financier est souvent induit par une capacité réduite à épargner. Il peut donc être important pour l’entreprise de proposer des plans d’épargne, tels qu’un Plan d’Epargne Entreprise (PEE), un PER (Plan d’Epargne Retraite), un PEI (Plan d’Epargne Interentreprise).

    Proposer un acompte sur salaire

    La “salary request” est un dispositif de plus en plus en vogue dans les entreprises : il permet de demander un acompte sur salaire pour les jours de travail déjà effectués.

    Certaines startups proposent même aux salariés de choisir la date ou les échéances du versement de leur salaire : tous les 15, 10, voire même 2 jours ! Cette méthode a déjà conquis 85% des utilisateurs. Il est également possible de systématiser ce dispositif à l’approche des temps forts comme les vacances d’été ou de Noël. Cela permettra aux employés de faire face à des dépenses exceptionnelles avec plus de flexibilité.

    Le principe n’est donc pas de demander une avance sur salaire : les salariés sont simplement rémunérés progressivement au cours du mois, ce qui peut leur permettre de mieux gérer leurs finances.

    Chez PayFit, nos équipes produit travaillent au développement d'une fonctionnalité permettant de fluidifier le process de demande d'acompte. Intéressé ? N'hésitez pas à nous contacter : advance-payment@payfit.com

    Exemple de ce à quoi pourrait ressembler une fonctionnalité fluidifiant les demandes d'acompte (cette fonctionnalité n'est pas encore disponible sur PayFit) :

    La contribution aux dépenses quotidiennes

    L’entreprise peut également soutenir ses employés en contribuant à leurs dépenses quotidiennes, telles que la nourriture et transport. En identifiant les domaines principaux de dépenses, elle peut mettre en place des aides pour les soulager.

    Cyclescheme a développé au Royaume-Uni un système qui permet aux employés d’acheter un vélo à prix réduit et en paiements mensuels échelonnés pour se rendre au travail. Il n’y a aucune avance de frais à effectuer, et les paiements sont simplement déduits du salaire a posteriori, avec une prise en charge partielle de l’employeur.

    L’ensemble des décisions contribuant au bien-être financier des salariés (dématérialisation des notes de frais, flexibilité dans les paiements, contribution aux dépenses quotidiennes, mise en place de plans d’épargne, formation financière…) permettra à un cercle vertueux de voir le jour pour l’entreprise comme pour les salariés.

    D’une part, pour les salariés :

    👉 meilleure gestion de leur épargne ;

    👉 baisse des distractions et augmentation de la productivité ;

    👉 renforcement de la confiance dans l'entreprise ;

    👉 déclin des problèmes de santé.

    D’autre part, pour les entreprises :

    👉 amélioration de la marque employeur et de l’ambiance globale ;

    👉 rétention de leurs salariés ;

    👉 accroissement de la performance ;

    👉 hausse des résultats.

    Auteure

    Camille de Waele

    Content Manager @PayFit

    Tags