Last updated on

Offrir aux employés la possibilité de se développer en interne, quel meilleur moyen de retenir leurs talents ? Chez PayFit, chacun de nos employés est non seulement un joueur de premier plan, mais aussi un talent en devenir. Et parce que nous sommes convaincus qu'un parcours professionnel doit avant tout permettre à chacun de s'épanouir et de se développer, les mouvements internes sont à privilégier. C'est dans cet esprit que nous avons rencontré Laura Williamson : après un an en tant que SDR, elle a récemment décidé de relever de nouveaux défis en rejoignant l'équipe des ventes.

L'essentiel est de savoir ce que vous voulez et de montrer que vous pouvez le faire. Il y a tellement plus de possibilités d'abandonner que vous ne pouvez l'imaginer !

Quel était ton parcours avant de rejoindre PayFit ?

Après deux ans de certificat de technicien supérieur et plusieurs stages dans l'immobilier commercial, j'ai rejoint l'INSEEC Paris. Mon choix d'aller dans une école de commerce était basé sur mon désir d'avoir un profil un peu "couteau suisse" mais aussi d'avoir une vue d'ensemble des questions commerciales. Pendant ces 3 années d'école de commerce, j'ai pu renforcer mes compétences commerciales grâce à des expériences en tant que développeur d'entreprise et gestionnaire de compte. C'est à la fin de mes études que j'ai obtenu mon tout premier contrat permanent chez PayFit en tant que SDR.

Qu'est-ce qu'être un SDR chez PayFit ?

Mon travail consistait à prospecter et à qualifier le plus grand nombre possible de prospects pour générer beaucoup de démos et alimenter l'équipe Sales. Au-delà de la chasse aux prospects, j'ai également pu participer à divers projets : 20 % de mon travail était consacré à des tâches "annexes" telles que la recherche de meilleures pratiques, l'intégration de nouveaux SDR, l'amélioration de nos contenus de nourrissage, etc.

A quoi ressemble ton nouveau poste de Sales ?

Analyser les besoins des clients et les conseiller le plus précisément possible. Ce qui m'a plu en tant que SDR, c'est de comprendre les failles dans la gestion des salaires de chaque prospect afin d'adapter mon discours à leurs besoins. Il était très naturel pour moi de passer par les Ventes car je voulais vraiment convaincre, m'adapter et devenir un véritable expert en produits.

En tant que Sales, nous devenons vraiment des chefs de projet parce qu'un client veut avoir un contact avec l'équipe produit, poser des questions sur les points de paie, voir l'embarquement et le reste des processus, etc. Au-delà de l'aspect conseil, nous travaillons vraiment avec toutes les équipes : les SDR dans toute leur logique mais aussi le marketing pour le contenu, l'embarquement au moment de la "remise", les chefs de produit pour les futures évolutions du produit... C'est donc une fonction transversale.

Qu'est-ce qui t'a donné envie de changer de métier ?

Après neuf mois pendant lesquels j'ai pu voir beaucoup de choses en tant que SDR, je me sentais prêt à passer à l'étape suivante et j'avais vraiment envie de découvrir autre chose. Si je voulais passer à l'étape suivante, mon attachement au produit était le même et je savais qu'au-delà de ce simple désir de défi, ma réorientation était enfin légitime. Au fil du temps, j'avais donc plusieurs options : une évolution horizontale ou verticale. Après avoir hésité entre un poste de manager et un poste de Sales, c'est finalement cette volonté de conclure une affaire et de se dépasser continuellement qui a pris le dessus.

Quels éléments t'ont permis d'accéder à ce poste ?

Le plus important est l'état d'esprit : ouvert, motivé et super impliqué. Mais ce n'est pas tout, nous devons trouver un bon équilibre entre cet état d'esprit et nos performances. J'ai régulièrement atteint mes objectifs et cela a nécessairement attesté, d'une part, d'un bon niveau de maîtrise, et d'autre part, d'une certaine rigueur que je me suis imposée et de mon désir de toujours me dépasser.

Quelles sont les étapes qui ont marqué ce changement ?

Après avoir discuté des différentes options qui s'offraient à moi avec Mathieu, notre Head of Sales, j'ai pu rejoindre l'équipe SDR One, qui regroupe tous les SDR ayant un profil assez senior. A ce moment, je devais faire mes preuves avec des prospects très importants, ou des dossiers plus complexes que les SDR plus juniors ne gèrent pas.

A partir de ce moment, on peut envisager un mouvement interne dans différentes équipes (Customer Success, Partenariat) et parfois à différents niveaux (en devenant manager par exemple). En passant à l'équipe des ventes, j'ai eu une période de transition d'environ un mois. J'avais vraiment un poste de travail hybride à ce moment-là. Je devais être multitâche : faire une bonne transmission de tous mes dossiers, de mes leads, élargir mon portefeuille clients, assister à de fausses démonstrations et à des réunions externes, être formé intensivement au produit et à tous les nouveaux outils que j'allais devoir utiliser, etc.

J'ai ensuite closé mon premier client en deux jours. C'était tellement naturel !

Comment s'est déroulée la transition ?

Elle s'est faite en douceur.

D'une part, parce que j'étais bien accompagné et entouré.

D'autre part, parce que je savais où j'allais : J'ai eu le temps de m'installer, de réfléchir, mais aussi d'observer et de comparer les différentes options qui s'offraient à moi. Au-delà du fait que je travaillais directement avec les Sales, j'ai pu faire de l'observation pour vraiment me plonger dans leur quotidien et m'assurer que mon choix était le bon. J'ai vraiment fait le point sur tout ce que j'avais appris à tous les niveaux (paie, produit, ventes) et sur tout ce que j'avais accompli.

Quels sont tes prochains défis en tant que Sales ?

Je vais devoir acquérir encore plus de crédibilité pour pouvoir tout toucher : conclure n'importe quelle affaire, participer au recrutement, être très à l'aise dans mon travail afin de devenir une référence en quelque sorte, pour ceux qui voudraient suivre le même chemin que moi. Cela signifie devenir un véritable expert en matière d'affaires. Je dois être capable d'identifier les problèmes en amont tout en devenant un expert de la paie !

Quelles ont été les choses les plus difficiles pendant le changement ?

Je parlerais de défis plutôt que de réelles difficultés, mais devenir un peu plus compétent en matière de paie a certainement été un gros travail. J'ai vraiment dû acquérir des connaissances supplémentaires pour être au plus près des besoins des clients, pour réorienter mon discours et mon attitude.

As-tu des conseils à donner ?

Plusieurs en fait ! Tout d'abord, je pense qu'il faut rester hyper-ambitieux, proactif et ne pas s'arrêter à ce qui est écrit dans votre description de poste. L'essentiel est de savoir ce que vous voulez et de montrer que vous pouvez le faire. Il y a tellement plus de possibilités d'abandonner que vous ne pouvez l'imaginer ! Nous devons également communiquer nos désirs et nos objectifs car nous ne réalisons pas nécessairement toutes les possibilités qui peuvent nous être offertes. Chez PayFit, mon changement de poste était très naturel car nous communiquons constamment, mais ce n'est pas toujours le cas dans d'autres entreprises. Nous ne devons donc pas hésiter à formuler clairement nos besoins et nos désirs.

Avec le recul aujourd'hui, si je devais choisir entre une petite entreprise ou une entreprise en pleine croissance comme PayFit, je choisirais PayFit. Nous avons souvent l'impression, et parfois à tort, que ce n'est que dans les petites structures que les évolutions internes sont possibles ou facilitées, mais les entreprises en croissance au sein desquelles nous pouvons faire nos preuves nous donnent également la possibilité d'évoluer au bout d'un an.

Si vous voulez vous joindre à l'aventure en tant que Sales ou SDR, postulez ici.

PayFit

Tags