Last updated on

Comment peut-on expliquer un bulletin de paie avec autant de 0 ? 

Le salaire moyen d’un joueur de Ligue 1 (94 000 € brut par mois) représente 40 fois celui d’un salarié lambda. Certes, un joueur de foot professionnel a une carrière 4 fois moins longue, ce qui ramène le ratio à 4 entre le revenu du footballeur et le revenu du spectateur anonyme.

Mais ce ratio ne s’applique pas pour tous. En 2017, Neymar a touché un salaire brut de 3 069 520 € par mois. Certains vont crier au scandale, d’autres vont commencer à rêver de ce qu’ils feraient de tout cet argent et les fans inconditionnels diront que c’est totalement justifié.

Mais alors comment Neymar s’est-il retrouvé avec un virement mensuel de 3 069 520 € (sans compter les bonus et les revenus publicitaires) sur son compte en banque ?

Revenons un peu en arrière. Avant 1995, l’exode des joueurs dans des clubs étrangers était strictement limité. En 1995, l’arrêt Bosman a totalement bouleversé le monde du football européen en ouvrant la libre circulation des joueurs.

Pour attirer cette espèce rare, les clubs n’ont plus eu le choix : proposer les meilleures rémunérations. C’est la loi de l’offre et de la demande. Tout cela a été accentué par l’explosion des droits TV compte tenu de l’engouement des supporters européens pour le football. Ils sont passés de 60 millions d’euros en 1980 à 600 millions d’euros en 2010.

Les clubs arrivent en partie à compenser ces coûts salariaux grâce aux plus values des transferts.

Quelques chiffres...

⚽ En 2001, Zidane a été transféré pour 75 millions d’euros.

⚽ Paul Pogba pour 105 millions en 2016.

⚽ Kylian Mbappé pour 180 millions en 2018.

⚽ Cristiano Ronaldo pour 94 millions en 2009 avec un nouveau transfert à 100 millions d’euros en 2018.

... mais le record reste détenu par Neymar avec un transfert à 222 millions d’euros en 2017.

Chaque joueur représente un investissement tout autant sportif que commercial. La productivité d’un joueur de football est mesurée à sa capacité à marquer des buts mais aussi à vendre des maillots et des places au stade.

Le transfert de Ronaldo au Real Madrid pour 94 millions d’euros en 2009 a été amorti en 18 mois principalement grâce au droit à l’image avec notamment de nombreuses tournées en Asie.

Si les grands clubs sont prêts à payer très cher pour garder leurs meilleurs joueurs, c’est parce que les retombées financières sont importantes. Cependant le retour sur investissement existe seulement pour une poignée de joueurs ce qui expliquerait la lourde dette de certains clubs européens. On note cependant qu'au court des quatre dernières année, les clubs ont générés 4 milliards d’euros de bénéfices. Ceci expliquerait l'augmentation des dépenses réalisées lors de transferts.

Cette escalade des salaires semble être sans fin !

Mais tant que les supporters sont là, le business est là et les salaires suivent.

Auteure

Margaux Lajouanie

Brand director @PayFit

Tags